tribune-bjinvest-cede-himedia

La tribune – HiMedia à la recherche d’un second souffle

HiMedia, créé en 1996, se focalise sur la publicité native et le drive-to-store pour rebondir face à une année difficile et faire face aux chamboulements du marché. Himedia affiche ainsi une perte de 40,3 millions pour 2015. Le CA et la marge brute du groupe sont également en baisse, provoquant des remous en bourse.
Ces résultats s’expliquent par une année chaotique pour le secteur du marketing digital avec la révolution du mobile qui prend le pas sur les supports fixes.
Himedia a donc dû opérer une réorganisation stratégique profonde pour repartir sur de nouvelles bases (dépréciations d’actifs à hauteur de 20,7 millions d’euros et cotation de la société-sœur Hi-Pay ) « . Les charges opérationnelles sont désormais en baisse de 2,6 millions d’euros sur l’année, du fait de la « politique d’économies » engagée par le groupe.
L’entrepreneur cherche aussi à rassurer ses actionnaires en insistant sur le côté exceptionnel de l’année 2015. Il souligne les résultats « prometteurs » du deuxième semestre. La marge brute a en effet bondi de 130% entre le premier et le deuxième semestre (de 5,9 à 13,5 millions d’euros), tandis que la perte de l’Ebitda est passée de 9,74 à 1 million d’euros. De plus, le groupe clôture l’exercice 2015 avec 7,4 millions d’euros de trésorerie, à ajouter aux 9 millions d’euros d’actifs liquides (liée à une participation de 20% dans la société Hi-Pay)
Les marchés sont moins enthousiastes puisque le titre a perdu 5,85%, pour tomber à 5,47 euros l’action, toujours loin des 12,19 euros du 24 juillet dernier, après la réorganisation d’actifs.
Le changement stratégique d’HiMedia vise à se reconcentrer sur quelques niches du secteur publicitaire. Le groupe délaisse l’activité commerciale dite « classique » et le display, c’est-à-dire les bannières publicitaires, considérées comme peu efficaces et trop intrusives. Désormais, HiMedia ambitionne d’être leader sur des secteurs où la valeur ajoutée est d’ordre technologique. D’où l’accent porté sur la publicité native.
L’autre axe de développement est la publicité locale, ou encore le drive-to-store, qui consiste à proposer aux internautes sur leur smartphone des offres de réduction, des coupons ou des publicités pour des magasins physiques situés à proximité.